+33 (0)4 91 81 67 52 istria.jeanclaude@orange.fr

Les vitamines

Les vitamines

Les vitamines n’apportent pas d’énergie mais sont indispensables au bon fonctionnement de nos cellules. Notre corps doit disposer d’un apport régulier de vitamines qu’il ne peut synthétiser lui-même (sauf la vitamine D).

Une alimentation équilibrée, variée et de qualité couvre les besoins en vitamines.

  • Certains traitements industriels subits par les aliments réduisent leur taux de vitamines et d’oligoéléments.
  • Certaines maladies, grossesse, vieillesse, cancer, stress… nécessitent une supplémentation adaptée et contrôlée.

Il existe deux groupes de vitamine :

  • vitamines liposolubles A D E K solubles dans les graisses s’accumulent dans divers organes dont le foie durant des périodes pouvant atteindre plusieurs mois
  • vitamines hydrosolubles C, B1, B2, B6, B9, B12 sont peu stockées dans l’organisme, elles sont éliminées par les urines, il est donc nécessaire d’en consommer quotidiennement.

La prise de compléments vitaminiques doit être justifiée car un apport excessif peut produire des effets néfastes.

Vitamine A

Elle a une action sur la vision au niveau de la rétine, elle fabrique les pigments visuels.
Elle a une action sur la peau (cicatrisation, acné, rides), sur la croissance cellulaire, la reproduction, le sang et les défenses immunitaires.

La vitamine A a une action protectrice sur les muqueuses conjonctives, respiratoires, urogénitales, et surtout digestives en luttant contre les diarrhées infectieuses, par restauration de la muqueuse intestinale avec stimulation de la réponse immunitaire locale.

La chute du taux de vitamine A entraîne une moindre résistance aux infections. Elle lutte contre le vieillissement de l’organisme et certains cancers. Le déficit en vitamine A est un vrai problème de santé publique car 130 millions d’enfants d’age pré scolaire et 8 millions de femmes enceintes sont déficitaires de part le monde : on la trouve dans : les carottes, endives, tomates, foie de poisson,veau, porc, lait, jaune d’œuf.

Stockée au niveau du foie, les carences sont exceptionnelles dans nos pays. Seuls les fumeurs et les femmes enceintes ont des besoins augmentés. Il est important de savoir qu’il peut exister des intoxications si les apports sont trop importants. A manipuler donc avec de grandes précautions.

Vitamine D

Elle est fabriquée par l’organisme en faible quantité à partir d’un dérivé du cholestérol sous l’action des UV du soleil. Elle intervient dans l’absorption du calcium et du phosphore au niveau de l’intestin.

On la trouve aussi dans les huiles de foie de poisson, le lait, le beurre et le fromage.

La carence en vitamine D touche :

  • 1 milliard de femmes sur terre et plus de la moitié des femmes ménopausées.
  • Les personnes âgées séjournant en institution.
  • Les enfants nourris au sein exclusivement.
  • Les personnes peu exposées au soleil.

La carence en vitamine D provoque une sensation de faiblesse, des douleurs musculaires et de la fatigue, ainsi qu’un risque accru d’ostéoporose et de fractures. Elle est donc nécessaire à la synthèse d’un os de bonne qualité.

La carence en vitamine D serait aussi responsable d’une augmentation de la fréquence de l’hypertension artérielle, des infarctus du myocarde, de diabète de type 2 et d’obésité.

Certains auteurs montrent que les hypovitaminoses D chez le sujet âgé induisent une baisse de l’immunité avec un abaissement du taux de CD4.

Par ailleurs, des études soulignent qu’une déficience en vitamine D pourrait contribuer à l’apparition de maladies auto-immunes, de maladies infectieuses, et de cancer du sein, du colon, et de la prostate.

Des travaux réalisés par le Pr. Bouillon ont montré qu’un déficit en vitamine D perturbe la maturation des muscles striés majorant ainsi le risque de chute chez le sujet âgé.

Vitamine D et vieillissement

Il semblerait qu’un taux de vitamine D normal pourrait avoir un effet bénéfique sur le processus de vieillissement.

Vitamine E

La vitamine E a une activité anti oxydante en association avec la vit C et le glutathion.
La forme la plus active est l’alpha tocophérol. Elle lutte contre l’altération des membranes cellulaires, elle agit au niveau des globules rouges en limitant leur destruction et au niveau des plaquettes en évitant leur agrégation excessive.

Elle augmente le bon cholestérol et diminue le mauvais. Elle a un rôle protecteur contre certains cancers, contre les maladies cardiovasculaires et dans les processus de vieillissement. Chez les personnes agrées elle ralenti le déclin cognitif. Chez le diabétique elle permet une meilleure utilisation de l’insuline. On la trouve dans les huiles de germe de blé, de tournesol ainsi que dans les amandes et les noisettes. Certains bilans peuvent déterminer les carences en vitamines.

La vitamine E est recommandée chez les fumeurs ou chez les personnes présentant un taux de cholestérol trop élevé. Les carences en vit E sont rares, l’alimentation couvrant largement les besoins. Cette vitamine stockée par le foie et les graisses est peu détruite par l’organisme.

Vitamine C

  • Elle est un puissant anti oxydant. Notre organisme ne peut pas la synthétiser et nous devons la puiser dans notre alimentation.
  • Elle freine les processus de vieillissement au niveau de la peau, des articulations, des vaisseaux.
  • Elle améliore la fonction respiratoire chez les fumeurs et les asthmatiques.
  • Elle protège l’œil et en particulier le cristallin contre l’agression des U.V.elle est présente dans l’œil à des concentrations 30 à 50 fois plus importantes que dans les autres tissus protégeant ainsi l’œil contre le risque de cataracte .
  • Elle augmente la résistance aux infections.
  • Elle lutte contre l’anémie en augmentant l’absorption intestinale du fer.
  • Elle est impliquée dans la synthèse du collagène, des globules rouges et contribue au système immunitaire.
  • La consommation de vitamine C réduit le risque de maladies cardiovasculaires et de cancer. En 1996 les chercheurs de l’institut du vieillissement américain ont rapporté que les personnes âgées qui consomment de la vitamine C et E ont un risque de mortalité réduit de moitié par rapport à ceux qui n’en consomment pas.

Concernant les maladies cardiovasculaires, la vitamine C empêche le cholestérol de s’oxyder et diminue ainsi sa capacité à former la plaque d’athérome.

  • Elle est présente dans les végétaux mais surtout les agrumes.
  • Elle est détruite par la lumière et la chaleur, il faut donc conserver les légumes et les fruits au frais et à l’abri de la lumière et les consommer de préférence crus.

Il faut pour couvrir les besoins consommer au moins 4 fruits ou légumes par jour.

La carence

  • La carence aiguë provoque le scorbut, mais est pratiquement inconnue dans nos pays développés.
  • La carence chronique est plus répandue et se traduit par une fatigue, un amaigrissement, des maux de tête, des douleurs osseuses, une grande sensibilité aux infections et parfois des problèmes hémorragiques.

Vitamine B1

La vitamine B1 favorise la transformation des glucides en énergie.
Elle est nécessaire au bon fonctionnement du système nerveux et musculaire.
Un déficit dans l’alimentation humaine peut provoquer le béribéri ou polynévrite.
Son absorption digestive chute en cas d’alcoolo –dépendance.
On la trouve dans les pois secs et les haricots secs, le jambon, les noix et les lentilles.

Vitamine B2

La vitamine B2 joue un rôle dans le métabolisme de réparation des muscles.

Vitamine B3

La vitamine B3 est nécessaire au métabolisme des glucides, lipides et protéines.
On la trouve dans le lait, les légumes feuillus et les œufs.
Sa carence entraîne la pellagre.

Vitamine B5

La vitamine B5 favorise la croissance et la résistance de la peau et des muqueuses
Ses propriétés hydratantes sont utilisées en cosmétologie capillaire.
On la trouve concentrée dans les céréales complètes.

Vitamine B6

La vitamine B6 assure une bonne communication entre les neurones.
On la trouve dans les volailles, les foies, la morue, le saumon, le germe de blé.

Vitamine B8

La biotine ou vit B8 participe au métabolisme des acides gras, des glucides et des acides aminés. Elle participe aussi a la synthèse des vit B12 et B9.

Vitamine B9

La vit B9 ou acide folique participe à la synthèse de l’ADN et de l’ ARN . Certains pensent qu’elle permet d’éviter les troubles de la mémoire au cours du vieillissement.
L’homme peut synthétiser de petites quantités de vit B9 mais la principale source est alimentaire, les légumes verts type épinards, le foie et les rognons.

Les carences sont courantes, il est donc nécessaire d’utiliser des compléments vitaminiques. La carence en vit.B9 a été récemment incriminée dans la recrudescence des cancers du troisième age. Un déficit en folates entraîne une anémie.

Vit.B9 et grossesse : la supplémentation en folates durant le premier trimestre de la grossesse et même un mois avant la conception diminuerait le risque de certaines malformations comme les fentes labiales et les spina bifida.

Vit.B9 et dépression : selon une étude anglaise un taux d’acide folique bas augmenterait le risque de dépression nerveuse de 55%.

Vit.B9 et sénilité : la supplémentation en folates chez la personne agée pourrait sensiblement améliorer les troubles de la mémoire ainsi que les problèmes d’audition.

Vit B9 et cœur : l’administration de folates chez les patients carencés diminue le taux d’homocystéine dans le sang, ce qui pourrait diminuer le risque de maladies cardiovasculaires. il semble que la prise de folates puisse diminuer de 20% le risque d’accident vasculaire cérébral.

Vitamine B12

La vit B12 est indispensable au maintient de l’intégrité du système nerveux particulièrement au niveau de la gaine de myéline qui protège les nerfs.

Un déficit en vit B12 entraîne une forme d’anémie appelée anémie de Biermer. L’organisme humain ne fait pas la synthèse de la vit B12, les sources principales sont la viande ,le poisson , le lait et les œufs. Elle exerce une action importante sur la croissance et elle est indispensable à l’entretient des épithéliums.

La carence en vit.B12 est relativement fréquente chez l’adulte et en particulier chez 5 à 15% des sujets âgés, elle peut entraîner des troubles psychiatriques et hématologiques. L’augmentation du taux d’homo cystéine est un bon marqueur de la carence en vit.B12 et donc de l’augmentation du risque cardiovasculaire.

Des recherches ont montré que des seniors qui ont un bon niveau de vitB12 ont moins de risque de voir le volume de leur cerveau diminuer avec l’age. Toutefois les patients ayant eu ou présentant toujours un cancer ne doivent en aucun cas prendre de la vitamine B12.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. + d’info

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer